Benoît Holzerny en confiance

A 48 heures de ses premiers championnats de France de semi marathon en tant que Master, nous avons interrogé Benoît Holzerny, récemment médaillé de bronze des France de cross.

– Bien remis des France de cross ?

Benoît : « Le fait d’avoir une médaille permet de mieux récupérer c’est évident. Il y a le côté psychologique qui a son importance. Pour dimanche je vais me servir de la préparation cross, depuis deux semaines j’ai fait le minimum dans les séances. Je sais qu’il faut du jus quand on court un semi-marathon, je connais bien cette distance ».

– Quels seront tes objectifs (Benoît possède le 9e chrono des Masters engagés, en 1h11’02) ?

Benoît : « Il faut rappeler qu’à la base je partais pour faire un top 10 aux France de cross et une médaille sur les France de semi. Ce sera peut-être l’inverse au final ! Ce qui est certain, c’est que je suis plus en confiance avec cette médaille déjà acquise, je l’ai cette médaille !

Sur le papier, il y a deux coureurs qui sont au-dessus du lot chez les Masters, Jean-Damascene Habarurema (Angers, 1h05’55) et Djamel Bachiri (Lille, 1h05’12), et qui seront sans doute bien classés au classement général (seniors et masters réunis). Jean-Damascene ambitionne moins de 2h12 sur marathon, c’est dire ! Je pense pouvoir me battre pour le bronze, mais sans se fixer de limites non plus. Au début de la saison de cross, je partais pour un top 10 aux France, puis un top 5, puis le podium… Tout est possible, mais il y a de la densité, même chez les Masters ! »

– En plus, le règlement est intéressant. Tu peux à la fois compter dans l’équipe sénior (toutes catégories plutôt, à condition de figurer dans les 4 premiers de l’équipe) et en Master ?

Benoît : « Je pense être capable de courir aux alentours de 1h07, peut-être que je ferais une partie de la course en compagnie de Jérémy ou Charles-Henri, ça peut créer une émulation si l’on est ensemble. Devant il devrait y avoir Ahmat et Julien (seul l’un des deux comptera dans l’équipe), et Yosi.

Après je ne souhaite pas forcément figurer dans les 4 premiers de l’équipe, ce qui est important pour le club c’est de conserver ce titre par équipe. J’ai la chance d’avoir un dossard élite, malgré mon temps d’engagement moyen, je serai bien placé au départ, ce n’est pas négligeable. Et puis on essaiera de bien figurer en équipe master aussi, avec Sébastien, Rachid et Yann. S’ils sont tous les 3 en 1h15/1h16, on ne sait jamais pour le classement collectif masters ? »

– Un dernier mot sur cette distance du semi, tu l’apprécies particulièrement (record en 1h04’34)…

Benoît : « C’est vrai que j’y ai fait de bons chronos, peut-être meilleur que sur 10 km (record en 29’45)… il faudrait voir sur la table de cotation. C’est là où j’ai le mieux réussi sur route, ça ne me paraît pas long, peut-être parce que j’ai pratiqué le trail, mais la course me paraît vite terminée, ce n’est qu’une heure d’effort grosso modo. »

Propos recueillis par David Jehanno

@FreeRun/A3 Tours, Mars 2017

Bilan positif à Laval pour les 1/2 finales des France !

Et l’on commence avec nos Masters qui réalisent le doublé ! Le titre individuel pour Benoît Holzerny, et aussi par équipe avec ses coéquipiers : Sylvain Durand (9e), Rachid Hamdaoui (13e), et Yann Grégoire (56e), sans oublier Sébastien et Eric, qualifiés aussi pour les France.

Pour les filles ça n’est pas passé loin, la 3e place pour seulement 3 points. Le titre n’était pas loin… Marion Joli Testault se place 13e, Muriel Teyssandier Théophile 25e, Noémie Jamois 30e, Sophie Le Beherec 38e et 6e Master. Francesca et Clara complétent l’équipe qualifiée pour les France.

En senior masculin, ils n’étaient pas nombreux (vu que l’équipe première était au Portugal pour la Coupe d’Europe) mais ils ont accomplis leur mission en plaçant au moins une équipe à l’arrivée. Mention spéciale à Louis Barreau qui a bien bataillé et qui prend la 10e place.

En minime fille, Léa Miserette prend la médaille d’argent.
A noter également les prestations des licenciés de l’A3T : la belle victoire d’Alice Mitard en juniors, rappelons qu’elle aura l’âge de rejoindre l’équipe senior l’année prochaine.
Mais aussi la 5e place Cadettes pour Laure Toullier, la 6e place Cadets pour Pierre Berri (l’équipe Cadets se classe également 6e).

Avec 3 équipes de qualifiées pour les France et quelques uns en individuel, FreeRun/A3T comptera donc une bonne vingtaine de représentants aux « France ». Rendez-vous à Saint-Galmier dans 3 semaines.

David Jehanno@FreeRun/A3 Tours
Février 2017

Photo Nico Pin

Les résultats complets :
http://bases.athle.com/asp.net/liste.aspx…

7e de la Coupe d’Europe

Longtemps dans le coup pour la 5e place, Ahmat termine 13e (à 13 secondes du podium) et meilleur Tourangeau, on a pu le voir à de nombreuses reprises sur le live vidéo (ainsi que François Barreau en supporteur n°1 !).
Julien termine 39e, Jérémy 46e, Yosi 59e, Charles-Henri 70e, et Valentin n’a pas fini.

L’équipe termine 7e, avec 157 pts, sur 21 équipes engagées.
Une bonne première, même si l’équipe visait le top 5 !  

Le classement par équipe : http://site-430359.mozfiles.com/files/430359/SEN_MEN__TEAM__RESULTS.pdf
Les résultats individuels : http://site-430359.mozfiles.com/files/430359/SENIOR_MEN_INDIVUDUAL_RESULTS.pdf

David Jehanno@FreeRun/A3 Tours

Février 2017

Une histoire de premières…

Il s’agit de la 3e saison de FreeRun dans le département d’Indre-et-Loire, on a l’impression qu’une certaine routine est en train de s’installer et puis non, finalement, la nouveauté est bien là. Jugez plutôt : premier titre individuel de champion départemental de cross pour Yosi Goasdoué, idem pour Benoît Holzerny en Master, pour Marion Joly Testault, mais aussi Sophie Le Béherec en Master et Clara Rivoal en Espoir. Nos nouveaux champions départementaux avaient fière allure, ce dimanche 8 janvier, dans le somptueux décor du Château de la Bourdaisière, à Montlouis-sur-Loire.

Avec les 3 titres collectifs, qui n’ont souffert d’aucune discussion, et sans oublier les 3 titres du cross court disputés fin décembre à Château-Renault (Francesca Le Bec, Louis Barreau et l’équipe masculine), nous en sommes donc à 11 titres départementaux conquis sur les 13 possibles (en adultes). Tout simplement le meilleur bilan de FreeRun/A3 Tours depuis le rapprochement entre les deux clubs.

Mais du côté des médailles d’argent et de bronze, c’était aussi le bleu qui dominait (triplé chez les Masters et les féminines). Seul le Jocondien Baptiste Jard aura réussi à s’immiscer parmi notre quatuor senior. Bravo à lui.

On peut aussi mentionner le titre de Léa Miserette chez les minimes, bien que le club reste avant tout engagé sur les performances des adultes, sachant que l’A3 Tours a plutôt bien réussi dans ce domaine (5 titres chez les jeunes filles).

Il s’agit donc de continuer ainsi, les Régionaux et Interrégionaux seront d’autres challenges à relever. La saison de cross ne fait que commencer !

David Jehanno@FreeRun / A3 Tours

Janvier 2017

Tous les résultats des Départementaux de cross : http://bases.athle.com/asp.net/liste.aspx?frmbase=resultats&frmmode=1&frmespace=0&frmcompetition=200229

L’article de la Nouvelle République ce lundi 9 janvier : http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Sport/Courses-a-Pied/Courses-a-pied/n/Contenus/Articles/2017/01/09/Joly-Testault-et-Goasdoue-en-solo-2961600

Les réactions

François Barreau (président de FreeRun) :

« Au global je suis satisfait. On voulait réaliser de beaux tirs groupés sur les 3 courses adultes, c’était l’objectif.de la journée, il ne faut pas se le cacher. Chez les filles c’est top, les 5 premières places ! Marion doit être contente, c’était important qu’elle soit là (Marion vit en région parisienne), une victoire c’est toujours un plus. Et même les nouvelles ont participé à la fête (le titre espoir pour Clara Rivoal).

Ce matin avec les Masters, c’était top aussi. Benoît allait dominer, on le savait, lui est en mesure de s’approcher d’un podium aux France. Et là aussi on compte une belle équipe.

Alors on savait que sur la dernière course ce serait plus compliqué, avec l’absence de Jérémy, que l’on n’avait pas prévue, contrairement à celles de Julien Devanne ou Ahmat Abdou-Daoud (loin de Tours, qui seront au cross Ouest-France dimanche).

Je suis déçu pour Charles-Henri car ça ne correspond pas à ce qu’il faisait à l’entraînement. Quant à Yosi, je n’ai pas été plus impressionné que ça, mais je ne sais pas s’il a géré ou pas. Il est bien reparti dans le dernier tour, mais je n’ai pas été plus impressionné que ça, après ça ne sert à rien d’arriver avec 2 minutes d’avance ! Cela suffisait amplement. On en saura plus après le cross Ouest-France de dimanche, on verra les écarts qu’il y a entre eux ».

Benoît Holzerny (champion départemental Master, en individuel et par équipe) :

« J’ai distancé Rachid (Hamdaoui) et David (Miserette) au milieu de la 2e boucle, après la bosse, là-haut. Il n’y avait pas trop de relance derrière, je me suis dit « je reste sur mon rythme ». Quand je mets un dossard, c’est pas non plus pour faire une ballade (sourire), j’y vais à fond, jusqu’au bout. Même la descente ! J’essaie de faire le job.

Les Régionaux sont dans 15 jours, ça vient vite. Orléans (les Régionaux) c’est plutôt roulant, Laval (les Interrégionaux) c’est un peu plus dur. La saison commence, enfin ! (sourire) Les jambes sont là, j’ai bien bossé jusqu’à maintenant.

On a une équipe sympa. En catégorie Master, on est peut-être moins comme en Sénior, c’est du plaisir, c’est plus la même compétition… même si on essaie d’être compétitif bien sûr ! Ça change. Je repars sur un nouveau challenge, donc ça motive. Pour les « France », je dirai que viser un top 10 serait raisonnable. Si toutes les conditions sont réunies, pourquoi pas un top 5, mais ça dépend de qui est là, dans quelle forme, de l’état du parcours (pas comme celui des « France » au Mans)… Il y aura les France de semi derrière »

Marion Joly Testault (championne départementale Senior, en individuel et par équipe) :

« Pour la saison de cross, ça va être un peu étape par étape jusqu’aux « France ». Aujourd’hui il y avait la difficulté des côtes, c’était bien, et le fait qu’il y ait les juniors garçons, c’était une bonne chose aussi. D’ailleurs j’étais surprise d’être devant eux au début (sourire). Leur présence m’a permis de rester concentrée jusqu’à la ligne d’arrivée.

Pour les Régionaux je ne sais pas encore, je vais voir avec Benoît (Holzerny, son coach), peut-être que je vais continuer à travailler et pas trop relâcher avant. Ah oui, ce sera un bon test face à Floriane (Chevalier Garrenne, du club de Bourges) ! Je me rends compte que j’ai encore du travail à faire de toute façon ».

Muriel Teyssandier Théophile (vice-championne départementale Senior, championne par équipe) :

« Oui je suis surprise de mon résultat car je m’entraîne beaucoup toute seule désormais puisque c’est plus à partir de 19 h et donc je loupe le groupe d’entraînement de Laurent (Hérault). Alors c’est vrai que j’étais très contente de ma course à la Corrida de Chambray en fin d’année, je m’étais étonnée de faire du 3’44 de moyenne sur 7,3 km. Donc deux courses où je me fais plaisir, je cours aussi sans montre et ça c’est bien. Même en cross je suis du genre à regarder ma montre ou à m’endormir facilement dans une course. Donc j’ai pris confiance après Chambray et puis le parcours me convenait avec une côte. Sophie me rattrapait dans les descentes, je la devançait en côte, et j’ai fait une très bonne dernière ligne droite.

Donc surprise et très contente, donc ça donne envie de retourner à l’entraînement et de progresser encore. On a une très belle équipe, et ça fait plaisir de voir que d’année en année, tu n’es pas figée à une place dans l’équipe, ça peut changer et c’est motivant. On doit aller chercher la victoire aux Régionaux et même aux Inters vu qu’il n’y aura pas Endurance (sélectionné pour la Coupe d’Europe). Mon objectif est donc de garder ma forme et de ne pas tomber malade (sourire), c’est ce qui s’était passé l’an dernier ».

Sophie Le Béherec (championne départementale Master, championne par équipe, et 3e du classement général) :

 » Un parcours super ! Alors oui je gagne en Master mais je regardais plus le classement général. C’était un beau challenge face à Muriel. J’ai un peu flanché dans les montées, alors que dans les descentes j’arrivais bien à la reprendre. Mais ça n’a pas suffit ! Je manquais de puissance en montée. A chaque fois elle y gagnait quelques mètres, que je rattrapais sur la descente. Et à la fin c’est elle qui m’a reprise, au sprint. Donc on s’est livré un beau duel, c’était sympa ! Elle m’a surprise d’ailleurs. Après je suis un peu déçue car je pensais être un peu devant, mais les cross, ça dépend de l’état du terrain, du parcours…

Et puis par équipe on peut faire de belles choses. On est toutes assez proches en cross. Sur les prochains, la distance va s’allonger, il faut aussi se préparer en fonction de ça. C’est plutôt bon pour moi.

Dans ma catégorie Master il y aura du beau monde au régionaux et surtout aux Inters, avec Corinne Herbreteau notamment. Avec l’objectif d’être bien placée ensuite au niveau national. Je n’avais pas fait les France l’an passé car je préparais le marathon, qui était plus tôt dans la saison. Là j’ai prévu d’enchaîner France de semi (12 mars) et de marathon (1er mai) après la saison de cross, cette fois ça nous laisse du temps ».

Yosi Goasdoué (vice-champion départemental Senior, champion par équipe, 3e de la course) :

« L’idée c’était de trouver mon rythme au fur et à mesure de la course, quitte à laisser partir un peu au début. Et c’est ce qui s’est passé. Alors j’ai aussi relâché un peu le 3e tour, histoire de finir fort. J’essaie de travailler le finish. Donc une course en maîtrise, avec de bonnes sensations.

Maintenant il y a le Cross Ouest-France dimanche, la Coupe d’Europe ensuite ça fait plaisir, et puis j’ai la chance de partir en stage au Portugal pendant 2 semaines juste avant. Tout va s’enchaîner jusqu’au 12 mars et les France de semi ! (sourire) Il n’y a que les Régionaux que je ne ferai pas car je serai en stage. Et pour être encore plus compétitif, il faut encore passer un pallier, c’est un peu ce que j’attends de ce stage au Portugal.

Sur la collaboration avec Laurent Hérault ? Cela s’est fait assez naturellement car Laurent était déjà proche du groupe. Comme l’entraînement à distance c’est un peu compliqué pour moi, et que j’essaie de professionnaliser ma pratique de l’athlé, et aussi pour me cadrer, j’ai demandé à Laurent de m’entraîner. Cela me permet d’avoir un coach sur place, avec l’expérience, et qui est dans le psychologique aussi. On est sur une bonne lancée, c’est une bonne collaboration qui devrait porter ses fruits à l’avenir. »

Charles-Henri Barreau (vice-champion départemental Senior, champion par équipe, 3e de la course) :

« Sur le 1er tour pas de soucis mais dès la 2e boucle j’ai voulu creusé l’écart, j’ai chargé et je suis monté haut en cardio dans la côte. Et je n’arrivais pas à redescendre cardiaquement ! Donc Baptiste Jard (Joué Running 37, 1er Espoir et 2e de la course) me suit et dans la 3e boucle il me distance en haut de la côte, je reviens un peu une première fois, mais il me distance encore juste après et l’écart se fait. Même si j’ai eu l’impression de relancer sur la fin, l’écart était fait et c’était trop tard.

Alors je ne sais pas, je manquais peut-être un peu de fraîcheur, j’ai sorti des bonnes séances depuis 2 semaines, mais aujourd’hui je n’étais pas bien en sensation. Alors même si les côtes ce n’est pas mon fort, là j’ai vraiment subi. Je vais sans doute faire un peu de fraîcheur cette semaine car il y a le cross Ouest France dimanche ».

Propos recueillis par David Jehanno@FreeRun/A3 Tours

Janvier 2017

Les premiers départementaux de cross de Marion Joly Testault en Touraine

J-2 avant les championnats départementaux de cross à Montlouis.

A l’occasion de ses premiers championnats
de cross en Touraine, nous avons interrogé notre leader féminine Marion Joli Testault, qui sera l’une des favorites dimanche. Blessée lors de la dernière saison hivernale, Marion avait pris la 11e place aux France de 10 km en juin, et la 5e place sur semi en octobre.

– Ce sera donc tes premiers championnats de cross en Touraine, bien remise de la blessure de l’an passé ?

Marion : Oui car l’année dernière j’avais commencé aux Interclubs sur piste. Cette blessure c’est maintenant c’est du passé. Elle m’a fait perdre du temps, j’ai pas pu gagner de vitesse ou progresser. J’était pourtant motivée pour refaire des cross mais je n’avais pas pu.

– C’est une discipline que tu apprécies ?

Marion : Je les aimais bien avant mais j’ai moins aimé les championnats de France au Pontet, près d’Avignon, en 2014… ça m’avait dégoûté. C’est pour cela que sur la saison 2015, j’ai même pas envisagé de faire les cross. Et puis l’hiver 2016 j’étais blessée. J’ai eu envie de m’y remettre car je sais que c’est comme cela que je vais regagner de la vitesse et qui me rendra plus forte. Ceux que j’ai fait en novembre et décembre se sont pas trop mal passés (4e à Créteil et 1re Française ; 11e à Sartrouville et 6e Française). Ca m’a plu de nouveau (sourire).

– On a coutume de dire que la saison de cross est toujours utile pour la route ensuite…

Marion : Oui c’est vrai. Quand j’étais aux Etats-Unis la saison de cross était très longue, et c’est aussi ça qui m’avait rendu plus forte à l’époque.

– Tu t’es fixée des objectifs individuelles pour cet hiver, comme un top 10, 20 ou 30, ou bien ce sera avant tout l’aventure avec l’équipe ?

Marion : J’ai pas envie de me mettre un top en tête car je n’en sais rien. Et il y a du monde devant moi, je pense pas qu’un top 10 soit possible. Je veux surtout être satisfaite et prendre plaisir. Allez, disons le top 20 ou top 30…

– Tu ne te focalises pas dessus de toute façon ?

Marion : Non, j’ai déjà envie de voir comment se passent les autres cross, départementaux, régionaux et inters. Je ne connais pas encore trop bien la région mais il y aura du monde, il y aura Florianne (Chevalier Garenne) et toutes les filles du Mans (qui ne seront pas là aux Inters finalement puisqu’elles disputeront la Coupe d’Europe des clubs champions). C’est sans doute à ce moment-là que je me fixerai des objectifs pour les France.

– Et puis une équipe FreeRun/A3 Tours qui pourrait être performante avec toi, Sophie (Le Beherec), Noémie (Jamois), Francesca (Le Bec) et Muriel (Teyssandier) ?

Marion : Oui, alors dommage que Patricia (Laubertie, qui a signé l’été dernier) soit blessée. Mais c’est certain que le challenge par équipe me motive L’année dernière j’étais allée les voir au France au Mans, et c’est quand même différent par équipe, c’est justement l’état d’esprit que j’aime chez FreeRun.

– Un dernier mot sur tes objectifs de 2017 ?

Marion : Juste derrière les France de cross il y aura les France de semi. Ca va être un peu bizarre car ça enchaine juste après, il n’y aura pas une véritable préparation semi. Mais c’est une allure où je suis naturellement à l’aise, donc ce sera pas trop grave.

Et puis après comme d’habitude les championnats de France de 10 km, où j’aimerai vraiment redescendre sous les 36 minutes. Et puis pareil sur semi, moins de 1h19. Enfin retrouver mes chronos d’il y a 2-3 ans. Après, la piste je ne sais pas trop, ma priorité c’est vraiment le 10 et le semi.

Retrouvez la fiche FFA de Marion : http://bases.athle.com/asp.net/athletes.aspx?base=resultats&seq=47525148475250494455

David Jehanno@FreeRun

Janvier 2017

Des nouvelles de Florian Théophile

J-3 avant les championnats départementaux de cross, qui se déroulent dimanche à Montlouis (à 15 km à l’Est de Tours).

Double tenant du titre chez les seniors masculins (2015 à Chemillé-sur-Indrois, 2016 à Monts), Florian Théophile ne sera malheureusement pas de la partie ce dimanche. On a fait le point avec Flo’, blessé depuis pratiquement un an et sa 3e place aux France Elite en salle sur 3.000 mètres.

– C’est définitif, on ne te verra pas défendre tes 2 titres de Champion départemental à Montlouis ?

Florian : Ah non, je ne vais pas défendre grand chose cette année. Depuis février 2016, j’ai une pubalgie, on a fait une infiltration en septembre pour calmer la douleur, et il s’avère, en fait, que c’est une désinsertion de l’adducteur. L’adducteur, c’est un muscle, avec un tendon qui s’insère sur l’os. Et c’est le tendon sur l’os qui est un peu désinséré… donc en gros, on m’a dit que ce serait compliqué de recourir. A voir avec la chirurgie désormais…

J’arrive à courir pas trop mal, mais avec une légère gêne. Donc je peux faire du sport, mais pas de fractionné. Mais pour faire du cross il faut faire du fractionné. Peut-être que je pourrais prendre le départ d’un cross court mais j’aurais mal après la course, donc je ne vois pas trop l’intérêt.

– Tu compenses avec le vélo, la natation ?

Florian : Je fais du vélo, de la natation, et des petits footings. J’étais monté à 5 fois par semaine en footing, et vu que ça tirait un peu, là je suis plus à 3-4 fois. Et beaucoup de renforcement chez le kiné, du travail en excentrique on appelle ça. C’est à priori le top pour se soigner. J’en avais pas fait assez avant.

– Tu t’es quand même fixé une date de retour ou une compétition ?

Florian : Non car je m’en suis fixé pendant 8 mois et à chaque fois que je m’en fixe, elles sont trop courtes, et je me fais mal de nouveau. Je ferai une compétition uniquement si je suis capable de m’entraîner 2 à 3 semaines avec du fractionné. Pour la compétition, faut avoir un minimum de niveau.

– Pas évident d’être blessé quand on voit ses coéquipiers qui vont participer à la Coupe d’Europe dans un mois…

Florian : Je suis content pour eux. Ils ont l’air en forme en plus. Les deux coureurs mutés, Julien et Ahmat, ont l’air très forts. Moi je suis blessé, c’est comme ça. Après j’ai déjà eu la chance de faire des belles compets’, j’ai fais des Europe de cross et tout, j’aurais bien aimé en faire une de plus. Je pense à Jérémy, qui est toujours très impliqué, toujours là et toujours en forme, ça va être un super moment pour lui. Mais il faut être en forme pour y participer, c’est une compétition de haut-niveau. Il y a des équipes de club qui sont quasiment au niveau de leur équipe nationale, un pays comme la Turquie par exemple.

Au début j’aurais bien aimé faire le cross court cet hiver, histoire d’aller aux championnats de France avec l’équipe. Peut-être qu’à 90 % j’aurais pu faire un podium aux régionaux ou aux inters. Mais là non. A moins d’un miracle, mais j’attends plus de miracle.

– Alors pour finir, ce serait intéressant d’avoir ton pronostic pour les départementaux de dimanche. Qui va te succéder ?

Florian : Alors vu que je suis blessé, je ne suis pas souvent au stade. Je ne crois pas que Ahmat et Julien viendront courir. S’il y avait eu Ahmat, Julien et Yosi, ça aurait été impossible de pronostiquer, car les 3 sont très forts. Là je pense que Yosi va être au-dessus. Même s’il s’est fait battre par Jérémy l’an dernier, c’était un parcours un peu spécial. J’avais failli me faire surprendre par Jérémy, je ne l’avais repris qu’à la fin.

Non, Yosi devrait s’imposer. En plus Jérémy vient d’être papa pour la 4e fois donc il serait un peu fatigué que ça m’étonnerait pas. Il devra se méfier aussi de Charles-Henri. Dans les autres clubs, je ne sais pas qui participe. Ce sera peut-être un peu moins dense que d’habitude, quand il y avait Freddy ou Benoît, on était un peu plus à se bagarrer. Il y avait Tony Orvain qui nous suivait aussi. Peut-être qu’un jeune du JR 37 va essayer de se battre pour la 3e place ? En tout cas je viendrais voir ça en spectateur.

David Jehanno@FreeRun

Janvier 2017

J-2 avant le cross d’Allonnes

La saison de cross est désormais lancée, et le cross d’Allonnes est toujours très attendu par les représentants de notre club. Cette année encore, il servira de sélection pour les séniors masculins. Autant dire que le plateau sera de qualité. Digne des championnats de France. Parmi les meilleurs coureurs français, 2 athlètes de FreeRun, Yosi Goasdoué et Julien Devanne, que nous avons interrogé avant le cross de dimanche (course à 15 h). Avec Jérémy Legout, dans une excellente forme, Benoit Holzerny et Charles-Henri Barreau, l’équipe de FreeRun/A3 Tours sera également au rendez-vous.

– Le cross d’Allonnes, c’est la grosse compétition de fin d’année ?

Yosi : Oui c’est un peu ça. C’est un peu le rendez-vous de la nouvelle saison. Alors bien sûr il y a eu les France de semi, mais il y a la volonté de réussir cette course là.

Julien : Il y avait Marseille-Cassis aussi mais c’était une semaine difficile et le jour de la course j’avais pas forcèment la tête à courir malheureusement. Je me suis rassuré au cross du 11 novembre à Angers, avec une course pleine (Julien y a pris la 2e place). Donc pas d’inquiétudes, je suis passé à travers à Marseille-Cassis, mais à Angers j’étais bien, je suis confiant pour Allonnes. J’avais prévu d’être en forme pour Allonnes, c’était coché depuis longtemps, ça permet de s’étalonner, de voir à quel niveau on se situe, dans l’optique des France et par rapport à une progression personnelle aussi.

– Les règles de sélection pour ce cross ?

Yosi : Les 4 premiers sont assurés d’être pris pour les « Europe ». Et les deux autres sélectionnés à la discrétion du DTN (Directeur Technique National). Donc les places 5 et 6 pourraient être pour l’un des Internationaux expérimentés qui ne viendrait pas à Allonnes, comme éventuellement Carvalho, Amdouni ou Yohan Durand.

yosi

– Quels seront vos adversaires justement ?

Yosi : Pour moi dans la sélection, il y a forcément les trois que j’ai cité. Il y a Baumier aussi qui est sûr. Après c’est ouvert pour deux places. L’année dernière c’était pour Simon Denissel et Romain.

Il y a ceux qui sont en forme, comme Michael Gras ou Benjamin Choquert, Vincent Luis c’est un peu l’énigme mais il a fait 3e aux France l’année dernière. Après c’est très ouvert, il peut y avoir Romain Collenot Spriet, Romain Courcières, Freddy Guimard…

Julien : Je n’ai jamais participé à un cross de sélection en sénior, seulement en junior et espoir. Mais ce sera une grosse course, avec de la testostérone au départ ! (sourire) Je sais pas trop quels seront mes adversaires, leur niveau actuel. Je me concentre pas trop sur les autres. De toute façon je ne peux pas les contrôler, s’ils sont plus forts c’est comme ça, moi j’aurais mis toutes les chances de mon côté.

– Vos chances à vous deux ?

Yosi : Un pourcentage c’est compliqué… J’étais peut-être plus serein l’année dernière, j’avais gagné à Louviers, et puis j’avais raté ma course de sélection à Gujan, ça avait été catastrophique. C’était le lendemain des attentats… j’avais fait une grosse séance entre les deux cross, et à Gujan je n’avançais plus.

Moi je me sens dans les outsiders, je sais que pour réussir il faut que je sorte la course de l’année. Si je suis à mon niveau normal, je n’aurais pas la qualification, mais si je sors une course exceptionnelle, j’irai ! En gros c’est ça ! La chance, elle est peut-être de l’ordre de 30 % d’y aller.

julien

Julien : Je prends le départ en rêvant à une sélection, mais je ne me fais pas non plus trop d’illusions, ça va être très difficile. Pour rentrer en Equipe de France il faut être très fort. Il y a ceux qui ont le même niveau que moi, plus ceux qui ont déjà « performé » à un niveau supérieur. Je ne sais pas encore trop me situer, je sais que je suis au top de ma forme en ce moment. En tout cas de mon côté j’ai tout fait pour être en forme. Mais je ne me voile pas la face, si je fais un top 10 ce serait déjà énorme, alors rentrer dans les 4 premiers ce serait un rêve, ce serait vraiment exceptionnel.

– Julien, venir à Angers puis Allonnes, c’est pas trop compliqué d’enchaîner les déplacements quand on habite près d’Aix-en-Provence ?

Julien : Je préférerais profiter de mes samedi tranquillement, c’est sûr. Mais je m’entraîne toute l’année pour ça, ça fait partie du truc. Même si je n’avais pas rejoint FreeRun cette année, j’aurais fait le déplacement quand même. Que ce soit le cross ou le cyclo-cross, c’est dans la partie Nord de la France que ça se passe. Il n’y a pas le même engouement ici.les-gars

– Yosi, le cross de la semaine dernière ?

Yosi : A Louviers (Yosi finit 3e), je fais 30 secondes de plus que l’année dernière, je lâche au train, j’avais pas de jambes. Du coup ça m’a un peu cassé alors que j’avais fait de belles séances, un bon cycle d’entraînement. Donc c’était un peu une déception. Mais c’est la mise en route, c’est pour ça qu’on fait des cross avant ! Et depuis une semaine je n’ai pas de sensations à l’entraînement. On verra bien dimanche, mais je suis dans une configuration qui est contraire à l’année dernière.

– Le parcours d’Allonnes, vous le connaissez ?

Yosi : Je l’avais fait il y a deux ans, ça s’est plutôt bien passé. Mais j’étais loin ! Il y a deux ans, je devais être à 1 ou 2 minutes, mais par rapport à ma forme j’avais fait une belle course… J’apprécie car c’est plutôt roulant, la côte ça va, il y a des virages techniques dans la descente, mais ça reste roulant. Si, le départ fait un peu peur, il y a un virage en épingle au bout de 150 mètres.

Julien : Je connais par cœur ce cross, je l’ai fait à plusieurs reprises. Avec la fameuse bosse ! J’aime bien ce genre de parcours. Si c’est boueux ça pourrait être intéressant. Niveau distance, j’aurais préféré un 10 km (il y a 9,3 km dimanche), ou plus, car je suis plutôt un coureur de train… Plus c’est long et mieux je me sens. Dans l’emballage final, dans le dernier kilomètre, je pense que ça va aller très très vite, et c’est pas forcément ma meilleure qualité. Mais c’est comme ça, c’est pareil pour tout le monde.

yosi2

– Pour finir, Yosi, un mot sur Julien, et Julien un mot concernant Yosi…

Yosi : Il a l’air en forme. Je pensais qu’il battrait Lévisse à Angers, ça s’est joué au sprint, il avait bien mené avant. Il est bien au niveau rythme. C’est aussi un concurrent de dimanche. Et puis le but c’est de se mettre dans la logique des France, il y a la même densité quasiment devant. On devrait pas être mal au classement par équipe.

Julien : Il va être au rendez-vous, il ne les rate pas en général. Je pense que lui aussi aurait préféré plus long en distance, il est très léger et très rapide. Il a sa carte à jouer et je pense qu’il sera ambitieux au départ de ce cross.

David Jehanno@FreeRun/A3 Tours

Novembre 2016

Benoit Holzerny et la saison 2017 !

Intéressons nous cette semaine à Benoît Holzerny, passé Master depuis deux semaines (les changements de catégorie s’opèrent au 1er novembre), ce qui signifie pas mal d’ambitions pour cette saison 2016/2017. Fidèle à ses principes, Benoît nous parle de cross, de route, de piste et de trail !

– Est-ce que tu t’es fixé des objectifs particuliers par rapport à ce changement de catégorie ? Tu as eu l’occasion de t’y préparer (sourire).

Benoît : « Je sais que je me suis un peu relancé la saison dernière, en essayant de faire de mon mieux sur la saison de cross avec les gars. Je n’étais pas forcément satisfait mais ça m’a permis de me préparer. La transition s’est donc faite tranquillement. Là, il y a l’objectif collectif d’aller aux France de cross avec FreeRun, ce qui n’a pas été fait l’an dernier. Et puis individuellement, viser un top 10, je pense que c’est jouable (sourire), ça dépendra aussi du terrain, de la forme du moment. Mais je vais me préparer pour être bien à partir de février-mars ».

benoit1

– Et la saison a déjà commencé avec 2 cross…

Benoît : « J’ai fait un bon cycle de vitesse déjà, je ferais le 10 km à Allonnes le samedi. Pour essayer de concrétiser ce début de préparation, de casser un peu mon pic de forme. Et puis de repartir sur une 2e partie de préparation en décembre-janvier pour être bien à partir des Interrégionaux ».

– « Casser un peu le pic de forme », est-ce que tu peux expliquer ?

Benoît : « Disons qu’en ce moment je ne suis pas trop mal, j’ai fait quelques bonnes séances, qui me parlent en tout cas. Comme je suis en forme, l’idée c’est de retomber dans une petite « méforme » pour mieux repartir. Après Allonnes fin novembre, je ferai une semaine vraiment tranquille, avec quelques footing seulement. Pour repartir après sur une 2e partie de préparation, avec toujours un peu de vitesse, et rentrer un peu plus dans le spécifique cross ».

benoit4

– Et pour l’instant tu ne cours pas encore dans les courses Master…

Benoît : « C’est pour avoir la concurrence en sénior. C’est essayer de me confronter à un certain niveau, pour que ça me prépare au mieux sur les championnats. Aux Inters ça commencera à être assez costaud donc il faut que je fasse quelques courses avant. Je ne pense pas que je ferais de Corrida, je préfère une préparation avec de l’entraînement ».

benoit3

– Puisqu’on parle d’entraînement, on a pu voir que tu avais fais un 10 km sur piste un dimanche matin en moins de 32 minutes, tout seul, ça impressionne toujours…

Benoît : « Je devais aller aux 10 km de La-Ville-aux-Dames, et comme on n’a pas pu, je m’étais mis ça en tête, un entraînement mode compet’. J’avais fait une semaine cool pour arriver frais. Alors de l’extérieur ça parait peut-être un peu fou ou farfelue… »

– On se dit que c’est dur surtout !

Benoît : « Oui c’est dur. J’en ai rarement fait. J’en avais fait un comme ça, dans une préparation marathon, et pas sur ces allures. Mais là c’était pour me mettre en mode compétition, et heureusement que Séverine était là tous les 500 m, pour m’aider à compter les kilomètres (sourires). C’est le mental qui joue surtout. Mais j’ai déjà fait des 3×5000 sur piste, au final ça fait plus de tours. Et puis ça m’a permis de valider quelques séances que j’avais fait ».

– Un mot sur la suite de la saison, après les cross…

Benoît : « Il y a les France de semi déjà, ça s’enchaîne, 15 jours après. Pour moi c’est quasiment la même préparation. Il y a quelques séances spécifiques mais on a chez les hommes des cross un peu long. J’irai pour un podium aux France. Tout dépend le niveau ! Si j’arrive aux alentours de 1h07’00, ça peut être envisageable. Et puis après je basculerai sur la préparation Interclubs. J’espère faire un bon 3.000 m steeple, notamment au 2e tour car il faut souvent un tour de chauffe. Et là l’idée serait d’aller chercher le record de France vétérans. On verra si c’est réalisable ou pas. Record qui est à 9’03 ».

benoit2

– 9’03, ça « envoie » déjà !

Benoît : « Oui. J’ai fait 9’12 l’an dernier, j’ai un record en 8’48, et c’est vrai que j’avais pas fait de préparation l’an dernier. De mars à mai il y a 2 mois pleins pour se préparer, donc pourquoi pas. C’est un petit challenge. Et puis j’aurais encore des années de vétéran derrière (sourire). Si ça ne passe pas aux Interclubs, je peux aussi faire un ou deux meeting derrière. Et puis après fin mai, faire quand même un ou deux trails, parce que j’aime ça. Et tout ça, ce sera aussi en fonction du boulot, avec peut-être un nouveau poste à partir de décembre. Il est possible aussi que je revois mes objectifs à la baisse, car moins de disponibilités. Pour un cross ça passera, pas pour un ultra ! ».

benoit5

David Jehanno@FreeRun/A3 Tours

Novembre 2016

Résultats du week-end !

Victoire par équipe lors du cross du Courier de l’Ouest vendredi dernier !

Julien Devanne prend la 2e place, à 5 secondes d’Emmanuel Roudolff-Levisse, et Jérémy Legout confirme sa forme affichée à La-Ville-aux-Dames en montant sur la 3e marche (à 30 secondes de Julien). Deux autre Tourangeaux dans les 10 premiers, Benoît Holzerny 8e et Charles-Henri Barreau 10e. Puis Louis Barreau, 42e, qui signait son retour sur les terrains de cross.

les-gars

A noter aussi la victoire de Léa Miserette en minimes, et la 2e place de Baptiste Depril Dupré (A3T) en juniors.

Résultats complets ici : http://bases.athle.com/asp.net/liste.aspx?frmbase=resultats&frmmode=1&frmespace=0&frmcompetition=178434&frmepreuve=Course+N%C2%B017+-+As+Hommes+licenci%C3%A9s+FFA+M

De son côté, Yosi Goadoué termine 3e du Cross de Louviers, en Normandie.

http://bases.athle.com/asp.net/liste.aspx?frmbase=resultats&frmmode=1&frmespace=0&frmcompetition=190782&frmepreuve=ES-SE-Elite+hommes+-+Coupe+OMS+M

Nous aurons l’occasion de reparler de Yosi et Julien, qui se sont préparés pour le cross de sélection en vue des Championnats d’Europe, dimanche prochain à Allonnes.

Pour la passe de 3 !

Nathalie Mauclair prendra le départ des championnats du monde de Trail le samedi 29 octobre, dans 9 jours.

Elle est bien arrivée dimanche à Gerès, au Portugal. Nathalie nous explique en préambule que la saison est bien automnale là-bas, « pas d’été indien ici, il fait plutôt frais et humide ».

Double tenante du titre (en 2013 aux Pays de Galles et en 2015 à Annecy), l’athlète de FreeRun/A3 Tours sait que les regards seront tournés vers elle. A 9 jours Nathalie_Mauclair-_Crédit__M._Cottin[2]du grand rendez-vous de sa saison, entretien avec notre représentante la plus prestigieuse, et l’un des plus beau palmarès du sport français.

– Tu es la double tenante du titre, tu es forcément attendue. Comment tu abordes ce championnat ?

Nathalie : « Physiquement et mentalement, je me sens plutôt prête. J’ai le sentiment d’avoir fait le boulot et de mon mieux, en fonction de mon temps, du terrain par chez moi. J’ai le sentiment d’avoir fait une bonne préparation.

Après je sais bien que tout le monde m’attend au tournant, tout le monde me dit « jamais 2 sans 3″ (rires)… ça va être la course d’un jour, les championnats du monde, pas forcément les mêmes qu’en mai 2015 à Annecy, et moi je ne serai pas forcément pareil. Il n’y a que le jour de la course qu’on pourra savoir. Je me dis que c’est une nouvelle course, un nouveau départ, un nouveau terrain ».

– Rien n’est vraiment acquis finalement, le palmarès est là mais il faut toujours remettre ça. Tu penses à tes différentes adversaires ou pas ?

Nathalie : « En Equipe de France, il y a déjà des concurrentes très en forme. Il y a Caroline Chaverot (2e en 2015) et Anne-Lise Rousset (4e en 2015). En équipe de Suède, il y a Emelie Forsberg, la compagne de Killian Jornet. Et puis il y a deux vainqueurs de la CCC. Comme la CCC est un format 100 km avec du dénivelé, attention car elles sont habitués à courir en montagne. Il y a aussi l’Espagnole qui a fait 3e l’an dernier à Annecy (Maïte Mayora), je sais qu’elle est remontée comme une pendule. Il y a l’Espagne qui a fait une très très bonne équipe, elles vont être en forme. L’Italie aussi. Donc il y a du niveau, on ne va pas s’amuser. Enfin on va s’amuser mais il y aura du challenge (rires) ! »nathalie-en-8-ok

– On reparlera tout à l’heure de la compétition par équipe. Un mot sur le format de course, ça te convient (85 km, 4500 m D+) ?Tu aurais aimé plus long peut-être ?

Nathalie : « Non, c’est un format de championnat du monde. Plus long ce serait de l’ultra et pour l’instant ça n’existe pas sous la forme de championnat du monde. C’est une autre course, un autre profil de terrain et de coureurs. Je ne me prépare pas sur une épreuve de 80/90 km comme sur une épreuve de 160. Et puis dans la tête on n’anticipe pas les choses de la même façon. Non c’est bien. Quand on sait que l’on part pour un 80 km, c’est assez « vite fait »… j’espère mettre moins de 10 heures de course, environ 10 heures. Quand on part sur un ultra, c’est 20 à 30 heures en fonction du profil, c’est pas pareil. »

« Là je cours aussi pour mon pays, et je me dois d’arriver au mieux »

– Et puis tu t’es particulièrement préparée pour cette course des Mondiaux. Tu nous avais confié cela après le marathon des Sables.

Nathalie : « Oui, j’ai vraiment orienté ma saison pour avoir de la fraîcheur en fin d’année. Les trois saisons précédentes je courrais d’avril à octobre. Et à chaque fois la dernière course d’octobre c’était le Grand Raid de La Réunion, et à chaque fois j’étais cramée. L’année dernière ça m’a valu de ne pas réussir le Grand Raid (4e en 2015, Nathalie s’était imposée en 2013 et 2014), et ça m’a mis une petite claque.

A l’époque on ne savait pas que les Mondiaux auraient lieux en fin d’année. Au moment de l’annonce, au mois de décembre, j’ai changé mon programme. J’ai changé mon planning de nath2courses pour courir moins au cours de l’année, et espérer être fraîche en fin d’année, avoir l’envie et la motivation. C’est un petit peu un pari, je me suis privée aussi de belles courses. Mais courir avec le maillot de l’Equipe de France, et revivre un tel challenge, c’est quand même sympa ! C’est un rendez-vous pour lequel on ne peut pas arriver en étant en demi-forme. Il y a une autre dimension. Je ne cours pas que pour « Nathalie et les partenaires », là je cours aussi pour mon pays, et je me dois d’arriver au mieux. Donc j’ai fait ce choix là. »

– D’ailleurs on parle souvent de toi en tant que la double championne du monde de Trail. Mais tu es même triple championne du monde avec le titre par équipe conquis à Annecy. C’est important aussi le titre par équipe ?

Nathalie : « Tu as tout à fait raison ! Je croise des sportifs qui sont champions du monde, et en discutant, ils m’expliquent que ce sont des titres par équipe. Et c’est vrai que moi je parle plus souvent du titre individuel, et rarement du titre par équipe. Alors qu’il mérite tout autant d’être valorisé ».

nath1

– Oui, ce sont des brillants résultats collectifs aussi. Les autres nations de trail nous envient. Comment ça se passe pour les autres athlètes de l’Equipe de France ? Ils sont nombreux à avoir cocher cette date aussi… Les garçons n’ont pas beaucoup couru, Caroline peut-être un peu plus…

Nathalie : « Oui, tout le monde a joué le jeu je trouve. Je pense qu’ils sont comme moi, de l’importance de courir en Equipe de France. Ce week-end par exemple il y a le trail des Templiers. Il y a des très grosses primes de course, 8000 euros pour le vainqueur. Et on en a discuté, on était en stage il y a 15 jours à Saint-Martin de Vésubie, et honorer une sélection en Equipe de France, ça a plus de valeur, entre guillemets, que les 8000 euros offerts par les Templiers. C’est une autre dimension ! Et tout le monde a joué le jeu dans sa préparation, en fonction des Mondiaux ».

– Un stage qui permet de resserrer les liens j’imagine…

Nathalie : « Ah oui, c’est toujours de très bons moments, de partage… Cela permet aussi d’accueillir les nouveaux. Sur 12 sélectionnés, nous sommes 9 anciens, à avoir déjà eu des sélections. Et puis avec les encadrants, que ce soit Philippe Propage, ou Gilles Guichard, ou la kiné, Maryline, qui sont avec nous. Moi ça fait déjà 3-4 ans que je les connais, il y a des liens qui se créent, c’est vraiment sympa ».

– Un mot sur ta famille, ils vont venir te voir ?

Nathalie : nathalie-en-3« Ils sont là, ils sont là ! J’ai même des amis manceaux qui vont venir (sourires) ! Ma famille m’accompagne toujours, donc on a calé les vacances avec Franck et les enfants. Et puis quand les amis manceaux m’ont dit qu’ils allaient faire le déplacement, ça m’a touché… ça reste qu’une course, du loisir, mais que les gens se déplacent, ça m’a touché. Et puis j’ai plein de messages, comme quoi tout le monde a coché la date du 29. C’est fort. C’est vraiment quelque chose de sympa. Et puis une pensée aussi pour le club. Je viens ponctuellement sur des entraînements ou des sorties, mais je sais que vous êtes tous là, que vous me soutenez ».

– Et je crois avoir vu sur facebook aussi qu’il y a une banderole dans ta commune (à Champagné, dans la Sarthe)…

Nathalie : « Oui une grande banderole, c’est super ! Ils ont donné mon nom au gymnase qu’ils ont construit l’année dernière. Alors tout le monde me connaît, mais pas l’inverse (sourire). Ils m’encouragent quand je pars faire une séance. C’est vraiment sympa. Jamais je n’aurais imaginé avoir autant d’encouragements, de sportifs ou pas d’ailleurs. C’est assez surprenant. »nath-3

– C’est chouette ! Nous, à FreeRun/A3 Tours, on te souhaite plein de bonnes choses, pour finir. Je n va te suivre avec attention. Un dernier mot sur la course. Je
me souviens qu’à Annecy, tu avais été prudente, tu avais remonté des places. Est-ce que tu as déjà une stratégie de course ? Ou en tout cas éviter de partir trop fort… Est-ce qu’on peut prévoir à l’avance ?

Nathalie : « Moi j’ai beaucoup de mal à prévoir. En principe du mal à être sage. En général je pars quand même souvent devant. A Annecy, il n’y avait rien d’anticipé ou de stratégique. C’était une sagesse salutaire car sur la fin j’avais encore du jus, tandis que les filles étaient plus fatiguées.

Alors c’est vrai que j’aimerais bien remettre quelque chose comme cela en place, mais c’est la course qui fait les choses. Il y a les jambes du jour, la tête du jour, et puis aussi le profil du terrain. Là on démarre par une première grande montée sur les 10 premiers kilomètres. Une fois là-haut on verra comment les choses s’organisent (sourires). Globalement je monte assez bien. Et puis si je ne suis pas aux avants postes d’emblée, j’aimerais bien ne pas être trop loin. Pour justement voir ce qui se passe à l’avant de la course, et pouvoir adapter MA course. On est informé des écarts. »

Départ de la course à 5 h du matin le samedi 29 octobre.

Equipe de France féminine : Nathalie Mauclair, Caroline Chaverot, Anne-Lise Rousset, Aurélia Truel, Maud Gobert, Sophie Gagnon.

Equipe de France masculine : Sylvain Court, Benoit Cori, Aurélien Collet, Michel Lanne, Nicolas Martin, Ludovic Pommeret.

Le site de la compétition : http://carlossanatureevents.com/eventoDetalhe.aspx?idEvento=cm&idProva=TWCHAMP

Les résultats des Français sur les précédentes éditions : http://cdm.athle.com/asp.net/espaces.html/html.aspx?id=26130

 

David Jehanno@FreeRun/A3 Tours

Octobre 2016